Le compa

Histoire de la rotonde de Chartres

En 1905, la SNCF fait construire la rotonde de Chartres pour stocker et entretenir les locomotives. Un bâtiment à la fonction et l'architecture singulières…

Gravure représentant l'inauguration de la gare de Chartres, le 5 juillet 1849.
© Le Compa, Chartres

Un bâtiment fonctionnel

Vue en perspective : fosse de travail dans la rotonde de Chartres
© Le Compa, Chartres

Par soucis d’économie, la rotonde de Chartres et de nombreuses autres, furent construites sur le même plan. Pour la même raison, ce type d’architecture est débarrassé de tout superflu. A l’intérieur et à l’extérieur, tout est pensé pour être fonctionnel. La rotonde de Chartres se caractérise par sa forme semi-circulaire. Le bâtiment, de type rotonde « annulaire », s’articule autour du pont-tournant et dessert onze voies de stockage. Les paires de rail enjambent sept fossés permettant aux techniciens d’opérer sous la machine à vapeur. Une salle de forge, des espaces de stockage de pièces mécaniques, des voies de rails annexes …

Une architecture métallique industrielle

L’architecture de la rotonde est caractéristique des constructions industrielles du 19e siècle.

Les charpentes métalliques, robustes, en sont représentatives. Ce matériau allie solidité, maniabilité et finesse. Des atouts qui permettent de libérer l’espace de cloisons. La rotonde de Chartres offre ainsi une surface libre d’environ 3000 m². De plus, l’acier ne brûle pas, autre propriété non négligeable dans un atelier où se trouvent des machines à vapeur et des forges… Les abris sont maintenus par des poutres, en I, à croisillons et la charpente est de type Polonceau. Les seuls murs porteurs sont les arcades au fond de la rotonde. En 1989, sa rénovation par Reichen et Robert fut l’occasion d’ajouter un bâtiment sur le coté sud, et de déplacer l’entrée.

 

Un bâtiment témoin du progrès

La rotonde de Chartres accompagne le développement de la gare de 1848 à 1968. La première ligne relie Paris à Chartres, puis une seconde jusqu’à Orléans (1854), et enfin Le Mans (1872). L’âge d’or de la rotonde est celui de la machine à vapeur. Les années Trente en sonnent le glas. En 1937, la ligne Paris-Chartres est électrifiée. La rotonde devient obsolète…

Caractéristiques techniques

7 fosses de 35m,
1 fosse de décrassage de 35m,
1 fosse à piquer de 35m,
1 fosse pour VOR de 20m,
1 fosse pour relais diesel de 35m,
1 fosse pour relais électrique de 30m,
Postes de distribution de sable, d’huile et d’eau benzoatée,
1 grue hydraulique : type Etat débit 130m3 /h.

Haut de page

Et aussi :

Pour en savoir plus + sur l'âge d'or de l'architecture métallique et des dépôts ferroviaires, le musée vous propose une bibliographie indicative à télécharger :

application/pdf bibliographie architecture