Le

Le dossier web | Printemps 2012

Machines agricoles et moulins de Beauce en maquettes

Les Lilliputiens s’invitent au musée !

Pendant la belle saison (printemps-été 2012), les maquettes agricoles sont à l’honneur au Compa, avec une mini-exposition au sein des collections permanentes et un événement le 3 juin, en lien avec l’organisation du salon européen de la miniature agricole, véritable institution qui a lieu chaque année à Chartres depuis presque 20 ans. Atelier « maquettes » et visites commentées sont au programme.

Une occasion de faire un point sur les maquettes agricoles, un sujet passionnant !

Une maquette pour quoi faire ?

Charrue métallique, maquette de Georges Champeau

Des maquettes pour vendre : les maquettes de constructeurs
Le 19ème siècle incarne l’âge d’or de la maquette. Ere du progrès, de l’industrialisation et de la modernisation, ce siècle trouve en la maquette un support promotionnel d’importance. La démonstration par l’objet est déterminante pour les présentations des modèles de constructeurs lors des expositions des produits de l’industrie française, dès 1798, ou des expositions universelles, comme à Paris en 1900. Les modèles réduits présentés s’exportent alors dans toute l’Europe et aux Etats-Unis.

Les machines agricoles sont volumineuses et difficilement transportables. Les petits modèles, maniables et manipulables, deviennent de ce fait des atouts essentiels pour les constructeurs. Le réalisme des représentations à échelle réduite prend ici tout son sens. Les maquettes se révèlent être à la fois support de médiation et support publicitaire du progrès technique. Elles complètent les catalogues de vente et les catalogues promotionnels de constructeurs comme chez Deering, Melichar ou HSCS.

Des maquettes pour apprendre : les maquettes pédagogiques
En France, dans le domaine du machinisme et de la mécanique, les modèles réduits se retrouvent dès le 18ème siècle dans les cabinets de physique et les collections de l’Académie royale des sciences. Réalisme et maquette sont indissociables, dans la mesure où l’on attribue à ces objets une qualité pédagogique et démonstrative. Cette production connaît son apogée au 19ème siècle et se poursuit jusqu’à la fin des années 1930.

Fondement de l’enseignement des ingénieurs et des agronomes, notamment à l’Institut agronomique de Grignon, ces réalisations font l’objet de commandes auprès de constructeurs de renom, tels les Frères Clair ou Jules Digeon. Dans l’enseignement agricole, l’observation, le maniement, le montage et le démontage des maquettes sont au cœur des cours d’hiver et de sessions d’examens.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la « pédagogie par l’objet », qui s’appuie sur la manipulation des éléments mobiles, décline au profit d’un enseignement plus théorique. La maquette laisse place aux manipulations de type « boutons-poussoirs » puis à l’interactivité.

Les maquettes ont été longtemps un auxiliaire très efficace pour les professeurs de machinisme agricole. Elles permettent un enseignement pratique en petits groupes sur le fonctionnement des machines.

© Le Compa

Exposition "Agricultures miniatures", Le Compa, 5 juin au 12 décembre 2012

 

 

 

 

 

Des maquettes pour se distraire : la maquette, un loisir actuel
La Première Guerre mondiale sonne le déclin des grandes manifestations comme les expositions universelles. Les méthodes de l’enseignement agricole évoluent également, préférant la théorie à la pratique… Les modèles réduits changent dès lors de statut et entrent dans le champ de la maquette loisir. Aujourd’hui, le maquettisme agricole est un hobby qui rassemble de nombreux passionnés en France et en Europe.

De l’amateur au collectionneur, il n’y a parfois qu’un pas. Dédiés à la miniature agricole, de petits musées indépendants, des associations et clubs se créent et se développent. Les manifestations et les salons sont alors des lieux de rencontres et d’échanges très courus par les membres de cette « communauté » de passionnés. Les fabricants y exposent leurs nouveautés. Les modèles de tracteurs, devenus aujourd’hui les figures emblématiques de ce loisir, concentrent la majorité des fabrications. Chartres s’illustre en tant que « capitale française du machinisme agricole miniature » avec son salon annuel de la miniature agricole, initié par le Compa en 1993.

© Le Compa

Exposition "Agricultures miniatures", Le Compa, 5 juin au 12 décembre 2012