Le compa

L'exposition

PROLONGATION jusqu'au 28 juin 2014. Exposition du 13 septembre 2013 au 23 février 2014

© conception graphique : Stéphan Rébillon - photographie : Nicoles Franchot

Pour la première fois, le Compa offre à ses publics un grand déballage de ses collections. Plus de 400 objets, machines, outils, œuvres d’art… envahissent le musée, présentés dans des caisses minuscules ou gigantesques, comme sortis des réserves. En effet, l’exposition « Le Roman d’un monde » revient sur 30 ans d’acquisitions, de dons, de dépôts, d’achats et de transferts de collections d’autres musées et interpelle le visiteur : des collections, pourquoi ? Pour dire quoi ?

 

Quelles collections ?
Débutée par l’association du Compa dès 1981, la collection emblématique et fondatrice de machines agricoles s’est peu à peu ouverte à bon nombre des activités du village et de la ferme (artisanat rural, vie domestique…), et aux objets et représentations exprimant les mutations des sociétés rurales, depuis le 19ème siècle, en France et dans le monde (jouets et maquettes agricoles, affiches, dessins, gravures, photographies, sculptures…).
De la houe daba africaine au tracteur à boule chaude, en passant par le cadran solaire de berger, le dessin d’une paysanne de Gabriel Loire, le matériel d’apiculteur, l’affiche pour la potasse d’Alsace, le canon à effaroucher les oiseaux, les œuvres contemporaines de Lilian Bourgeat ou Jean-Luc Parant, la bibliothèque d’Emmanuel Le Roy Ladurie…, tous ces objets témoins, ces archives matérielles racontent le « roman d’un monde ». Cependant, fort aujourd’hui de quelque 8 000 pièces et alors que les propositions de dons n’ont jamais été si nombreuses (vente de fermes, métiers qui disparaissent…), il paraît utile pour le Compa de revisiter les collections accumulées depuis 30 ans et de s’interroger à la fois sur ses discours, sur la nature de ses collections, et en définitive sur son identité.

Des collections au service d’un discours
Il s’agit d’abord de mobiliser les pièces de collections pour servir un discours. Il n’y a pas d’objet sans sujet, pas d’exposition sans histoire, sans problématique, sans expression d’un enjeu, s’appuyant sur des sujets qui interrogent directement les publics : l’eau, la malbouffe, la faim, le paysage…
Musée scientifique et technique à son ouverture, le Compa s’affirme désormais comme un musée de société pluriel, entre agriculture, environnement, alimentation…. Un musée qui questionne le monde rural et ses grands chambardements, attentif aux questions et débats contemporains, au croisement de l’histoire, des sciences, des arts, des techniques, de l’économie, de l’ethnologie ou de la sociologie… Un musée qui raconte l’histoire des hommes et tente de donner des clés pour le présent et l’avenir…

Haut de page