Le compa

Les 6es Rencontres cinématographiques du Compa

L'étranger : néorésident, l'accouru, le saisonnier... Du 25 au 29 janvier 2012

Les 6èmes Rencontres cinématographiques du Compa
Du mercredi 25 au dimanche 29 janvier 2012
Les Rencontres cinéma du Compa à Chartres, se consacrent cette année au thème de « L’Étranger » dans le monde rural. Identité, altérité, intégration, exclusion, autant de questions abordées dans les films de fiction et les documentaires de cette 6ème édition. Quelles relations s’instaurent entre les autochtones villageois, aux fortes racines locales et les nouveaux venus d’origines fort diverses : travailleurs immigrés, néo ruraux, citadins en mal de campagne… ?
Une quinzaine de films et documentaires pour toute la famille. Certaines séances seront accompagnées d’échanges entre le public et les intervenants (réalisateur, historien…).
Cette année encore, les films seront projetés dans une salle de cinéma reconstituée spécialement au cœur du musée. Les rencontres prennent une nouvelle ampleur départementale avec des projections grand public et scolaire dans les cinémas d’Eure-et-Loir : les Enfants du Paradis à Chartres, CinéCentre à Dreux, l’Ambiance à Senonches, et depuis cette année, le Rex à Nogent-le-Rotrou.

Rencontres autour d’un thème : l’étranger
L’étranger « de près », appartenant au même pays et ayant des valeurs communes, est accepté, mais pas forcément intégré. C’est en particulier le cas des néo ruraux. Ceux du « Pays bleu » de Jean-Charles Tacchella, citadins en mal de campagne, parviennent par une attitude discrète à gagner la confiance de la population. Ce qui n’est pas le cas de ceux qui ont décidé de s’installer « A la campagne » dans le film de Manuel Poirier.
Aux sédentaires s’opposent les nomades. Qui sont-ils, d’où viennent-ils ces éternels vagabonds solitaires comme la routarde errante qu’est la Mona d’Agnès Varda, dans « Sans toit ni loi ». S’opposent aussi les immigrés : carriers italiens comme Toni de Jean Renoir, ou ouvriers agricoles espagnols comme Roger et Manuel, les deux protagonistes des « Sables mouvants » de Paul Carpita. Des immigrés parfois confrontés aux préjugés et au racisme tel Mohammed dans « Travail d’Arabe » de Christian Philibert ou le jeune Messaoud du film « Michou d’Auber », de Thomas Gilou.

Rencontres autour des séances
Cette manifestation s’attache à compléter les projections de débats, d’échanges et de mini-conférences autour de la thématique et de l’esthétisme des films avec les invités. Le Compa invite le public à se réunir entre deux
séances autour d’un petit grignotage (sandwichs, crêpes et boissons), et autour d’un concert de Jazz Manouche le samedi soir.

Toutes les séances sont gratuites et ouvertes à tous.
Les films sont en VO sous-titrés français.

Haut de page