Le

Le dossier web | Automne 2012

Territoire et photographie : petite histoire de la commande publique

Si une vision aérienne, telle celle des cartes et des plans, permet de prendre possession des territoires en les dominant, pour en comprendre la complexité, mieux vaut les arpenter à hauteur d’homme. Pour ce faire, dès le milieu du XIXe siècle et l’invention de la photographie, les autorités publiques françaises ont missionné les photographes pour parcourir le territoire afin d’en rendre compte.

L’Observatoire photographique du paysage, 1994-2012

Lancé en 1989 par le Bureau des Paysages du ministère de l’Environnement, l’Observatoire est mis en place en 1994. Il s’inscrit dans la même démarche que la Mission photographique de la DATAR et souhaite également sensibiliser le public aux questions paysagères, en construisant dans le temps une culture du paysage en adéquation avec les questions contemporaines.

L'observatoire photographique du paysage, Ministère de l'Environnement / Cité des Sciences et de l'Industrie, Paris, 1994, 36p.

Les itinéraires : un suivi sur plusieurs années

 

Plusieurs photographes participent à la fois à la Mission de la DATAR et à l’Observatoire. Mais l’Observatoire n’est plus seulement un simple laboratoire d’expérimentation comme la Mission de la DATAR. Les photographes collaborent avec d’autres spécialistes, avec des structures en charge de l’aménagement, dans le but de la protection future du paysage. L’Observatoire tente d’établir des outils de gestion de ce patrimoine. C’est un outil d’évaluation et d’orientation de la politique publique.
Il a pour objectif de « constituer un fonds de séries photographiques qui permet d’analyser les mécanismes et les facteurs de transformations des espaces ainsi que les rôles des différents acteurs qui en sont la cause de façon à orienter favorablement l’évolution du paysage ». (« Bilan d’activité 1992-1998 de l’Observatoire des paysages »)

Des « itinéraires » sont mis en place : un certain nombre de points de vue sont proposés par le photographe et sélectionnés par un groupe de travail. Ces points de vues sont re-photographiés - par le même photographe ou un autre - à intervalles réguliers, d’années en années, afin de constituer des séries photographiques qui mettent en évidence les évolutions du paysage.
Cette méthode diffère des informations cartographiques et statistiques traditionnelles mais reste tout aussi rigoureuse. Chaque image est associée à un relevé topographique et à une description détaillée des conditions de prise de vue.

Les premiers itinéraires de 1994 sont présentés sous forme d’une exposition itinérante et de publications.

 

En 2008, le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du Territoire publie le guide Itinéraires photographiques, Méthode de l’Observatoire photographique du paysage, expliquant les modalités de création d’un itinéraire photographique, ainsi que la gestion d’un itinéraire.

Actuellement, 19 itinéraires ont vu le jour, jalonnés de 866 « points de vue » sillonnés par 37 photographes. Les photographies sont mises en ligne et consultables sur le Portail du Système d’Information Documentaire de l’Environnement.

Une confrontation directe paysage/promeneur

 

Certaines campagnes locales bénéficient d’expositions et de publications, permettant ainsi de diffuser les photos auprès de la population locale.
Quelques parcs naturels régionaux comme le Parc naturel régional du Pilat ou celui de la Forêt d’Orient publient leurs itinéraires sous forme de carnets mis à disposition du public. Les itinéraires de l’Observatoire deviennent ainsi des chemins touristiques.

Le rapport du visiteur au paysage est alors tout autre. Le photographe n’est plus le seul à faire l’expérience du terrain. Carnet à la main, le visiteur est au cœur du paysage, faisant physiquement face aux points de vue – parfois signalés par des bornes –, pouvant s’approprier le territoire et faire l’expérience de ses transformations.

Sophie Ristelhueber, Pilat, Itinéraires, Observatoire photographique du paysage, Parc naturel régional du Pilat, 1994

 

 

 

 

 

Jacques Vilet, Parc naturel régional de la Forêt d'Orient, 3 livrets, Observatoire photographique du paysage, Parc naturel régional de la Forêt d'Orient, 2001.

Une caricature du paysage ?

 

Tout comme les photographes de la Mission photographique de la DATAR, les photographes de l’Observatoire montrent des immeubles, des parkings, des lignes à haute tension…, infrastructures contemporaines faisant partie de notre paysage.
Et une dizaine d’années après la Mission de la DATAR, les réactions du public sont les mêmes. Ces images ne sont pas celles attendues. Elles continuent d’être comprises comme des éléments de dénonciation d’un paysage en crise, sans remise en question de la notion de paysage.

L’aspect systématique des points de vue re-photographiés à intervalles réguliers dans le temps, donne aux photographies un statut d’instrument de mesure. Les images sont perçues comme de simples relevés techniques et non comme des propositions esthétiques. Elles se heurtent à des représentations culturelles du territoire bien ancrées.

Pour les spécialistes du paysage et de l’aménagement du territoire également, les images sont sujettes à débat et ne sont pas facilement acceptées.
Pour certains, si ces photographies s’éloignent en effet des images de cartes postales valorisantes, elles prennent un parti pris volontairement trop opposé, montrant les paysages quotidiens d’une façon caricaturale, s’attardant volontairement sur ses éléments les plus dégradés.
Même pour les aménageurs du paysage eux-mêmes, l’esthétique de carte postale est quasiment inamovible. Le ciel bleu, la campagne verdoyante et les monuments, qui ont servi à la construction identitaire du territoire, refusent de laisser leur place. La perception du territoire peine à se renouveler.

Séquences/Paysage, revue de l'Observatoire photographique du paysage n°1, Ministère de l'environnement, 1997, 112p.

Pour aller plus loin :

 

Thierry Girard, artiste invité de l’exposition « Images//Paysages » au Compa, est un des photographes de l’Observatoire photographique du paysage. Des images et des mots, le blog de Thierry Girard

Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Le Portail du Système d’Information Documentaire de l’Environnement

 

Lien vers l'exposition Images // Paysages. Histoires des représentations du territoire