Le

Le dossier web | été 2011

Les coulisses de la fête de l'animal de ferme

Du 8 au 11 septembre, le Compa organise la fête de l’animal de ferme.
Même si le département de l’Eure-et-Loir est plutôt considéré comme le grenier à blé de la France, l’élevage eurélien brille par la qualité de son cheptel.

Cette réputation est confirmée tous les ans lors des salons nationaux d’agriculture où de nombreux éleveurs du département sont récompensés.

Poules, lapins, chèvres, moutons, porcelets, veaux et vaches, chevaux, ânes sont présents au 3ème salon de l’animal pour le plaisir des plus petits comme des plus grands. C’est l’occasion de découvrir les métiers en relation avec ces animaux et de faire un zoom sur certaines races élevées en Eure-et-Loir.

La poule Bantam de Pékin

La poule Bantam de Pékin aussi appelée poule naine puisqu’elle est de petite taille. Le mot « bantam » signifie « naine » en anglais. Elle est aujourd’hui la race naine la plus répandue en France et dans le monde.
Il y a quelques mois, la poule de Bantam de Pékin a changé de dénomination, pour s’appeler maintenant poule Pékin.

Un peu d’histoire

Elle descend directement de la poule Gallus gallus Bankiva. D'après des textes anciens, les poules ont été introduites en Chine sous une dynastie régnant 1500 ans av. J.-C. Lors du saccage du Palais des Empereurs de Chine vers 1860, les troupes franco-anglaises trouvèrent dans un jardin une petite poule fauve qu'ils ramenèrent en Europe en guise de butin. La légende dit que du couple ramené de Chine, toutes les Pékin d'aujourd'hui seraient les descendantes.

L’aspect général

La Pékin pèse généralement entre 700 et 800 grammes et le coq de 750 à 850 grammes. Elle mesure entre 25 et 30 cm, d’où son nom de poule naine (alors qu’une poule standard mesure environ 50 cm).

La Pékin est différentes des autres poules naines car elle est courte sur pattes. Au premier abord, elle semble assise comme une grosse boule de plumes.Sa petite queue est composée de plumes molles. Les deux tiers de la femelle sont recouvert de duvet ce qui lui donne un aspect encore plus doux.
A l'origine, la Pékin était de couleur fauve mais on retrouve différentes variétés :

… et bien d’autres couleurs encore.

Son mode de vie

Même si la Pékin est, comme la plupart des poules naines, une poule d’ornement, elle est une très bonne pondeuse (avec environ 250 œufs par an) et une mère attentionnée. Elle peut commencer à pondre des 6/7 mois, mais il faut éviter de la changer de lieux.

Son caractère est docile ce qui en fait un excellent compagnon pour les éleveurs même débutants. Elle s’adapte parfaitement aux enfants : elle est attachante et ne craint pas la présence des humains. On pourrait presque la qualifier de poule domestique.

Elle vole très peu et ne s’éloigne donc pas beaucoup de son lieu d’habitation. Cela en fait une proie facile pour les chiens, chats, renards ou autres prédateurs. Il faut donc bien veiller sur elle.

 

Les concours

Une Pékin de concours est issue d’un cheptel de qualité. Ses plumes de pattes sont en excellent état. Son plumage doit être abondant et les plumes de ses tarses et des doigts ne doivent pas être abimées. Ce n’est pas facile d’entretenir des poules qui passent leur journée à gambader.

Il existe un club pour les poules de Pékin : le Bantam club de France qui organise des salons, concours et publie un bulletin bimestriel.

Un championnat de la plus belle poule est organisé chaque année par la Bantam club de France. Il se décompose en championnat régionaux, puis en un concours national.

Il y a alors 8 championnats en France. Le Compa organise à Chartres un des 8 championnats avant le championnat national. De nombreuses poules Pékin seront alors présentes.

Carte des concours de Pékin
© Le Compa, 2011

Et aussi :

Quelques sites sur la poule Bantam de Pékin :
ici
et ici
Bantam club de France

Quelques livres disponibles à la boutique du Compa :
« J’élève mes poules », de Frances Basson, éd marabout
« Poules d’ornements », de B. Tiers, B. Mulliez et B. Vandernberghe, éd Ulmer